TOUCHE PAS A MES POTES !

 

Sur le net, à propos de la récente condamnation du tortionnaire khmer  Douch, circule actuellement les hallucinantes diffamations suivantes, dont l’auteur donne l’adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. :

 « Et, à quand le tour des criminels de l'OAS qui tuaient  sans distinction dans les villes et villages?

éventraient les femmes enceintes après les avoir violées devant les parents, torturé des milliers de personnes à la gégène, escabeau, baignoire, tenailles, chalumeau, humiliation, disparition de familles entières etc...

Douch, comparé à l'OAS, c'était du gâteau. »

 

Nous avons été tentés de traiter par le mépris de telles abjections tant elles sont contraires à la réalité des faits, puis la fameuse maxime « Diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose » nous a rappelé la nécessité de répliquer et d’inviter tous nos amis internautes à faire de même.

En premier lieu, et par esprit de charité, nous inviterons l’internaute qui a écrit de telles insanités à consulter d’urgence un psychiatre car il (ou elle) fait un double transfert, confondant Zighout et Bitterlin avec Salan !

Premièrement, les pratiques énoncées, en ce qui concerne les meurtres sans distinction dans les villes et les villages, le viol puis l’éventration des femmes, (il (ou elle) aurait pu ajouter les mutilations faciales et génitales des hommes, la découpe ou la crucifixion des enfants, etc…, relèvent uniquement du FLN qui les a perpétrées sur toutes les populations, mais principalement musulmanes, horreurs si bien décrites par de nombreux témoins, dont, pour exemple, les journalistes d’Historia de l’époque, auxquels nous engageons il (ou elle) à se référer.

Ensuite, la gégène, la baignoire et le chalumeau sont les outils utilisés par la police parallèle gaulliste qui chantait la gloire de son maître à la lueur des grils et à l’ombre des chevalets.

Quant à l’O.A.S., ce fut, d’avril 1961 à mars 1962, le sursaut patriotique d’hommes de valeur et d’honneur respectueux de la parole donnée, dont la plupart issus de la Résistance contre le nazisme, lesquels furent rejoints et soutenus dans leur lutte par tout un peuple qui ne voulait pas mourir.

« L’O.A.S. respecte et défend les musulmans comme les Européens. Elle ne se livre pas au terrorisme aveugle, contrairement au FLN qui tue, chaque jour, dix à vingt Européens innocents sans que cela suscite le moindre titre à la une dans la presse parisienne. ». Message du Général Salan.

Eventreur, Le Général Salan, Grand Croix de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre et Croix de la valeur militaire ?

Tortionnaire, Le Général Jouhaud, Grand Officier de la Légion d’Honneur, Grand Croix de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre et Croix de la valeur militaire ?

Inquisiteur, Le Lieutenant Degueldre, Résistant de la première heure, Chevalier de la Légion d’Honneur ?

Infanticide, Georges Bidault, Président du Conseil National et compagnon de la Résistance, Grand Croix de la Légion d’honneur ?

Barbare, Jacques Soustelle, compagnon de la Résistance, Grand Croix de la Légion d’Honneur et membre de l’Académie Française ?

C’est à Jean Brune que nous emprunterons notre conclusion : « Penche-toi toujours sur ceux contre lesquels certains rameutent les foules et brandissent les mots d’où déteint l’infamie. Tu peux être assuré que quelque chose dort en eux qu’ils n’osent pas affronter, une vérité dont ils ont peur et qu’ils tentent d’éteindre sous la cagoule des calomnies et des injures. ».

 

 

                                              COMITE VERITAS                                                                        ADIMAD


                             Jean-Marie AVELIN    Alain ALGUDO                                               Jean-François COLLIN
                                       Président              Vice-président                                                            Président