Entête CDFA VERITAS

 

 

À MA FAMILLE…

 

… Dont vous toutes et tous, natifs de l'Algérie Française, faites partie !

Elle est si grande que je ne pourrai jamais l’étreindre et l’embrasser physiquement comme je le fais aujourd'hui par la pensée et par le cœur. Ma famille, c’est vous tous, survivants d’un épouvantable drame, que, depuis plus de soixante ans, on couvre d’opprobre ou de ridicule pour mieux masquer l’étendue du crime qui fut commis contre elle !

Je voudrais tant pouvoir me conduire en traditionaliste pour que jamais plus, les membres de ma famille ne soit humiliés, broyés par un mauvais vent, sournois, meurtrier, qui les a tous assassinés, car, quand cela n’a pas été leur destruction physique, il s’est acharné à massacrer en eux toute joie de vivre.

Mais ma famille ne se limite pas aux vivants. Ma famille, c’est aussi, Jean BASTIEN-THIRY priant dans les fossés d’Ivry en serrant très fort une croix de Lorraine, que lui seul a honorée.

Ma famille, c’est Roger DEGUELDRE, ce cher Delta, ami tellement proche de mes parents, quand il chantait la Marseillaise devant le peloton d’exécution.

Ma famille se sont tous nos morts qui se sont battus pour garder l’Algérie Française !!!

Ma famille, c’est le Général Edmond JOUHAUD, quand un frisson glacé parcourait son dos, chaque jour à l’aube, dans l’antichambre de la mort.

Ma famille, ce sont ces deux jeunes gens, à la fleur de l’âge, qui sont partis vers la mort sur la pointe des pieds, pour ne pas réveiller leur cher Général endormi dans une cellule voisine, le Sergent Albert DOVECAR et Claude PIEGTS, fusillés au Trou de l’Enfer pour nous avoir défendus.

Ma famille, c’est le Général Raoul SALAN, l’homme le plus décoré de France, qu’aucun Tribunal n’a pu condamner à mort, tandis que le monstre, au pouvoir en France, s’en étouffait de rage…

Ma famille, ce sont deux hommes d’honneur, si fiers et si valeureux, les Généraux Maurice CHALLE et André ZELLER, lorsqu’ils ont subi l’humiliation de l’écrou.

Ma famille, c’est Georges ROBIN, c’est Hélie DENOIX de SAINT MARC, quand ils ont été plongés dans l’univers gestapiste qui se dissimulait sous les couleurs de leur propre drapeau.

Ma famille c'est le Bachaga Saïd BOUALAM, destitué de son poste de Vice-Président de l'Assemblée Nationale, comme un vulgaire pestiféré, par décision d’un fou furieux !

Ma famille, ce sont nos compagnons de combat qui nous ont quittés, il y a déjà plusieurs années, Joseph HATTAB-PACHA, Henri AVELIN mon cher Papa qui m'a inculqué le sens de l'honneur, Maître René BLANCHOT, Pierre DESCAVES, Michel CANU, Michel XIMENES, Georges ÉMILE-PAUL, Pierre CATTIN, Bernard MOINET, Pierre LAGAILLARDE, Guy FORZY, Gabriel ANGLADE et plus récemment, Anne CAZAL, ma très chère Maman, à qui j'ai donné ma parole de continuer à défendre la vérité historique, Fernand SANCHEZ, et dernièrement, mon frère de combat Jean-Marc LOPEZ qui avait engagé son association, dans notre action, puis Éliane SALLABERRY et tellement de personnes chères à mon cœur!

Elle comprend également ma famille, les centaines d’innocents qui ont arpenté les pavés de la rue d’Isly le 26 mars 1962, avant que leur sang soit répandu par des balles françaises.

Elle comprend ces innocents dépecés et découpés par la haine à Oran le 5 juillet 1962.

Elle comprend ces milliers de Harkis abandonnés et suppliciés de multiples façons, les
plus barbares et les plus cruelles les unes que les autres…                                              

  Pour eux, j’élève, aujourd’hui comme hier, une véhémente et solennelle protestation contre la calomnie dont on veut encore les accabler, comme tous les défenseurs de l’Algérie française.

Pour cette famille aimée, cette famille suppliciée, je ne me contenterai jamais d’une simple reconnaissance des épreuves qu’elle a dû subir et d’une vague repentance ! Cette famille qui, seule, a conservé, malgré la force du vent maudit, des parcelles de l’honneur français, JE VEUX QU’ON LA RÉHABILITE et je n’aurai de cesse, jusqu’au bout, de clamer ses mérites à tous les vents de cette pauvre patrie à la dérive et en voie de disparition par la faute des nullités qui la gouverne !

Mais, parmi les survivants de cette famille vénérée, certains s’inoculent eux-mêmes le virus de l’ambition, des rancunes désuètes et stériles, de la haine pour tout ce qui agit ailleurs que sous leur coulpe.

Dans ma famille, certains perdent l’esprit au point de brûler des châteaux, d’autres crachent sur leurs frères sans s’apercevoir qu’ils crachent aussi sur leurs morts et sur la mémoire de leurs pères, ce sont les égarés de l’Histoire et je les plains bien plus que je ne les blâmes…

Pour résister au vent de l’Histoire falsifiée, ce mauvais vent qui l’a déjà emportée, éparpillée, broyée, avec plus de cruauté qu’un cyclone, ma famille devrait faire bloc et cesser ses incohérences.

Telle qu’elle est aujourd'hui titubante, indécise, avec son indifférence, voire son amnésie, ses vanités oiseuses et l’égocentrisme de certains, elle dilapide inconsciemment des forces immenses qui devraient être au service de la vérité.

En acceptant, avec honneur, de prendre la présidence du CDFA-VERITAS, j’assume la pleine responsabilité de mener une action judiciaire contre X, pour crime de guerre et crime contre l’humanité. Cette plainte suit son cours, nous sommes actuellement en appel, de la décision du Doyen des Juges, de son refus d’informer, puis très bientôt, nous atteindrons la cassation, après quoi, nous pourrons enfin saisir les Instances Internationales, devant lesquelles nous ferons reconnaitre la Vérité Historique, telle est la vocation du CDFA-VERITAS !

Aussi, il ne tient qu’à elle, ma chère famille, si éprouvée, de se reprendre et de mesurer l’enjeu de notre ultime combat. Il ne tient qu’à sa mémoire et à sa volonté de faire tourner le vent au bleu ou de le laisser sombrer dans la nuit gaulliste dont l’opacité n’a d’équivalence que celle des ténèbres.

Ma famille peut gagner ! Ma famille peut vaincre ! Il lui suffit de vouloir déterrer la vérité de sous cette chape de plomb, sous laquelle le pouvoir gaulliste tente, encore et toujours, de la contenir.

C’est le vœu sincère que je formule, pour qu'enfin, ma famille se réveille et réagisse en prenant part à notre légitime action ! Faites connaitre et mesurer à tous vos amis, vos proches, l’importance capitale de mener avec nous cet ultime combat.

Voilà tout ce que j’avais à cœur de vous dire et de vous écrire. 

Je vous remercie pour l’aide que vous voudrez bien nous apporter, pour qu’ensemble, nous remportions la victoire tant attendue, désirée et méritée.

                                                                                                                                                

                                                                                                                                                   Alain AVELIN

                                                                                                                                     Président du CDFA-VERITAS

 

                                                                                                                                                                                  

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BULLETIN D’ADHÉSION 2023 

 

À RETOURNER À :  CDFA-VERITAS  -  B.P. 20928   -   82009 MONTAUBAN CEDEX

NOM :……………………………………………………………………….PRÉNOM :……………………………………………………….

 ADRESSE :………………………………………………………………………………………………………………………………………...

CODE POSTALE : ……………………VILLE :………………………………………………………..........................................................

TÉLÉPHONE FIXE :……………………………………………………… PORTABLE :………………………………………………………

ADRESSE EMAIL :………………………………………………………………………………..................................................................


MEMBRE ACTIF :  30 €  -  MEMBRE DE SOUTIEN :  50 €  -  MEMBRE BIENFAITEUR :  80 € ET +